top of page
  • Photo du rédacteurKayooli

DU NOUVEAU CHEZ KAYOOLI

Le site se refait une beauté, de gros changements


Je ne me retrouvais plus depuis un certain temps avec Kayooli. J’avais l’impression de tourner en rond et je ne crochetais plus que pour réaliser des commandes. Je pense qu’à un moment ou à un autre tous les créatifs qui créent leur propre entreprise se retrouvent dans cette situation où ne prend plus de plaisir à faire ce que l’on aime et à créer. Je me sentais dans une impasse. Kayooli correspond vraiment à ce que je suis : le choix des fils biologiques, recyclés, ce n’est pas de l’opportunisme ou du greenwashing. Dans la vie de tous les jours, je privilégie les achats durables, je vis dans une maison en bois avec un assainissement végétal et je fabrique moi-même mes produits de ménage avec du savon de Marseille. D’ailleurs je crochète mes éponges avec du fil spécial et je les lave chaque semaine, plutôt que d’acheter des éponges en supermarché. Pourtant, je ne m’y retrouvais plus. Le concept était devenu trop contraignant et bloquait ma créativité. Ces fils sont rares et il revient à très cher de les faire venir en Guadeloupe, malheureusement. Les clients applaudissent le concept mais bien souvent ils ne comprennent pas la différence entre les fils que j’utilise et une pelote à quelques euros en acrylique bas de gamme…

Je me suis remise à la lecture, plus que jamais. Avec le crochet, c’est un de mes exutoires, fonction que ce dernier ne remplissait plus. Puis j’ai commencé à défaire d’anciens bijoux en perles de culture et en perles de verre pour en faire de nouveaux bijoux. J’ai récupéré des pièces d’anciens bijoux. J’avais acheté, dans une boutique de seconde main, à Los Angeles, des bijoux d’inspiration années 90, très colorés et amusants : c’était devenu mon inspiration, avec certains créateurs de bijoux des Etats-Unis et du Mexique, notamment. En réalité, je n’ai pas porté tout de suite ces bijoux : ils sont restés longtemps à dormir dans un placard… Finalement, au mois d’août, je suis partie tout près, sur l’île de Terre de Bas, et j’ai passé plusieurs jours, à à peine quelques kilomètres de chez moi, de pur farniente et de déconnexion. Et là ma créativité est revenue, d'abord dans mes tenues : mon originalité et ma fantaisie refaisaient surface, je me sentais à, nouveau moi-même. J’ai alors recommencé à créer des bijoux, à en fabriquer pour en offrir… je ne m’arrêtais plus !

J’ai eu alors envie de créer une nouvelle entreprise, plus fun, pour les bijoux. J’ai délaissé Kayooli. Je dois avouer que j’ai laissé passer de nombreuses occasions de participer à des événements, tout simplement parce que je n’en avais plus envie. Je me concentrais sur mon nouveau concept de bijoux, d’autant que partout, il semblait séduire, en particulier les jeunes. Et toutes ces couleurs m’amusaient. Je créais des colliers, bracelets, bagues, boucles d’oreilles, bayas, même, et j’en passe… Puis la révélation est venue un matin, durant ma séance de méditation, comme d’habitude ! Il me fallait réunir dans Kayooli toute ma passion créative, sans en faire un concept limitatif. C’est ainsi que le nouveau site a vu le jour, après plusieurs jours de travail : plus coloré, plus fun, mettant en avant toutes mes passions créatives, sans se limiter au crochet uniquement. Ainsi, Kayooli ne perd pas son âme. Je privilégierai toujours les matières nobles, biologiques ou recyclées, lorsque c’est possible, mais je veux aussi et surtout que ce site soit un espace d’amusement pour moi, et un moyen de partager avec vous mes passions. Même si je ne renie pas l’ancienne mouture, que j’adore, et à laquelle je reviendrai peut-être, qui sait, je me sens plus en phase avec ce nouveau site et tout simplement, plus moi-même dans ce nouvel espace !


Je vous souhaite une bonne visite !


Fatima




17 vues0 commentaire

Comments


bottom of page